France mobilité électrique
Le site de l'Avere-France
 
Suivez nous sur ...
France mobilité électrique France mobilité électrique France mobilité électrique France mobilité électrique Actualités Trouver des bornes de recharge

Les enjeux de la mobilité électrique

Imprimer

Depuis quelques années déjà, les modes de déplacement dans notre société changent et le rapport à la voiture avec eux. Un changement qui s’explique en partie par la crise économique, le coût du carburant et son impact sur notre santé et notre climat. C’est dans ce contexte que se développe la mobilité électrique en tant que mode de transport alternatif au véhicule thermique.


La dépendance des transports au pétrole et sa raréfaction soumettent de nombreux pays aux aléas de ses tarifs. La France n’échappe d’ailleurs pas à cette règle avec un litre de super qui oscille aujourd’hui aux alentours d’1,60 €.

Dans un contexte de forte crise économique, il paraît indispensable de réduire cette dépendance à l’importation d’énergies fossiles. Cela passe nécessairement par une réduction de leur consommation et la recherche de l’indépendance énergétique.

En cela, l’électricité produite en France et son coût représentent un véritable atout. En effet, face au prix du litre de super, le « plein » d’une voiture électrique ne coûte quant à lui qu’environ 2 € !

Mais la démocratisation de la mobilité électrique ne pourra pas se justifier que par cet argument économique.


Réduire les émissions polluantes de nos transports…


Le secteur des transports représente le quart des émissions mondiales de CO2 (dont 18% pour les transports routiers). Pour la France, il représente 36% des émissions totales (voir le site de l’ADEME)

Face à ce problème, le véhicule électrique, qui n’émet pas de CO2 en roulant, apparait aujourd’hui comme une parfaite alternative afin de réduire ces émissions et la pollution qu’elles engendrent. Si la production de l’électricité qui l’alimente peut effectivement émettre du CO2, la part d’électricité produite en France avec des énergies fossiles n’atteint que 5%.

Ainsi, la moyenne des émissions de CO2 pour l’utilisation d’un véhicule électrique représenterait moins de 20 g/km.

Les investissements continus des constructeurs en faveur de la recherche tendent à réduire également l’impact de leur production sur l’environnement mais aussi à sans cesse en prolonger l’autonomie.


… et leur impact sanitaire


L’impact sur l’environnement se répercute nécessairement sur la santé des populations. L’OMS estime à 7 millions le nombre de décès annuels dus à la pollution atmosphérique dans le monde en 2012 (voir étude de l’OMS).

Le rapport publié par le programme CAFE mis en place par la Commission européenne établit quant à lui à 42 000 le nombre de victimes prématurées en France des suites de la pollution atmosphérique (voir le rapport).

Politiques et entreprises sont chaque année de plus en plus nombreux à se mobiliser face à ces risques sanitaires en France et à travers le monde :

Ainsi, le véhicule électrique incarne l’opportunité d’une amélioration de la qualité de vie et de nouvelles conceptions de la mobilité, notamment en milieu urbain.


Réinventer les modes de transport


Les modes de transport évoluent et l’acquisition d’une voiture paraît aujourd’hui moins nécessaire qu’auparavant.

Que ce soit en raison de son coût, celui de son carburant ou même à cause de la pollution qu’elle engendre, de plus en plus de personnes privilégient des solutions alternatives.

On entre davantage dans une nouvelle époque où celui-ci est partagé et que l’on utilise qu’en cas de besoin. On peut voir fortement se développer le covoiturage ainsi que des systèmes d’autopartage ou de vélo en libre-service. L’électrique s’insère toujours davantage dans cette évolution des modes de mobilité :

  • De plus en plus de municipalités de France proposent des Vélos à Assistance Electrique via des systèmes de Location Longue Durée (LLD). En 2014, la ville de Vannes en intègre une vingtaine à sa flotte disponible en libre-service (voir l’article de Vannes)
  • Progressivement communes ou intercommunalités mettent en place des systèmes d’autopartage électrique en privilégiant l’intermodalité avec l’offre de transports publics existante (voir l’article d’EPAmarne et l’article sur l’autopartage de Grenoble).
  • L’autopartage électrique s’implante essentiellement en milieu urbain mais trouve également sa place dans les communes rurales. Certaines y voient ainsi l’opportunité de répondre à la pénurie de transports publics et à l’isolement de leur municipalité (voir l’article sur l’autopartage de Tinchebray)

Ainsi, les initiatives en faveur de la mobilité électrique ne manquent pas et prouvent que le véhicule électrique s’insère parfaitement dès aujourd’hui dans la réflexion autour de la mobilité de demain.





Suivre la vie du site © FRANCE MOBILITÉ ÉLECTRIQUE 2014 |  Mentions légales  |  Réalisation  |  Partenaires   |   Qui sommes nous ?   |   Média-Presse   |   Contact   |  Mot de passe oublié ?